Defour : « L’année dernière, j’ai dit non au rôle de T1, puis je ne me sentais pas prêt » | Jupiler Pro League


Du T2 au T1. Steven Defour affrontera le Standard demain pour son baptême du feu en tant qu’entraîneur-chef du KV Mechelen. « Il n’y a jamais de bon moment pour se lancer en tant qu’entraîneur », a déclaré Defour lors de sa première conférence de presse. « Mais les supporters doivent savoir que je ferai tout mon possible pour mettre le KV Mechelen dans une meilleure position. »

Le limogeage de Danny Buijs n’a peut-être pas été une surprise après la série de mauvais résultats du KV Mechelen. La question à Steven Defour pour succéder au Néerlandais pourrait être un peu plus.

« Le matin, j’avais parlé à Danny du match de la veille (contre AA Gent) », raconte Defour. « Après cela, nous avons mis en place la formation et nous sommes entrés pendant un certain temps. Ensuite, le conseil d’administration m’a demandé si je voulais prendre le relais. »

« L’an dernier, j’aurais dit non », avoue Defour. « Je ne me sentais pas prêt à ce moment-là. Le sentiment n’était pas encore là. »

En raison d’une suspension de Danny Buijs, Defour a été autorisé à effectuer un test en tant que T1 contre le Club de Bruges au début de ce mois. Puis ça a commencé à démanger. « Ensuite, j’ai senti que cela pouvait être fait », dit-il.

« J’y avais déjà beaucoup réfléchi, car on me demandait aussi régulièrement si j’aimerais un rôle de T1. Là, je viens de dire oui. Il n’y a pas de moment idéal pour se lancer. Quand l’occasion se présente, on saute dans le train. ou non. »

Il n’y a pas de moment idéal pour se lancer. Lorsque l’occasion se présente, sautez dans le train ou non.

Steven Defour

Il ne sait pas encore si Defour va complètement changer de cap. « Nous verrons demain si nous ferons autre chose. Je suis moi, j’ai mes propres idées. J’ai déjà formé une bonne idée de la façon dont je veux le faire. »

« Le club traverse une saison difficile, donc le plus important pour moi est d’amener rapidement Malines dans de meilleures eaux. Les supporters doivent savoir que je ferai tout ce que je peux pour mettre le KV Mechelen dans une meilleure position. »

Defour n’a pas beaucoup de temps pour s’échauffer, car le Standard sera en visite demain et Eupen dimanche. « J’ai toujours ressenti de la pression. Je me mets aussi cette pression. »

« J’ai grandi avec le KV Mechelen. Ça faisait toujours mal quand ça allait moins bien et maintenant je suis le principal responsable. Mais je suis convaincu que c’est possible : en tant que groupe, nous pouvons et devons faire mieux. Nous avons vu que si tout le monde est derrière. déclare que KV Mechelen ne connaît pas ses limites. »

« Si le club veut que je me retire, je le ferai »

Et si la mayonnaise ne s’emballe pas ? « J’ai dit au conseil de ne pas avoir peur de me dire au revoir », a déclaré Defour. « Je ne suis pas stupide et je peux évaluer une situation. Si le club pense qu’il vaut mieux que je me retire et si c’est dans l’intérêt du club, je le ferai avec plaisir. »

« Mais commençons par le début et terminons le match de demain sur une note positive. Ensuite, nous verrons ce qui se passera ensuite. Le plus important est que tout le monde se mobilise maintenant pour obtenir des résultats. »

Le fait qu’il fasse ses débuts contre l’ancien club Standard le rend un peu plus spécial. « Mais je m’occupe surtout du KV Mechelen », conclut Defour. « Notre situation est déjà assez mauvaise. Peu importe qui est le prochain adversaire. »