Imke Courtois a vu les Flames raviver l’espoir face à la France : « C’est le moment de frapper » | Championnat d’Europe de football féminin 2022


Au Rotherham’s New York Stadium, peu de déception chez les Belges, malgré la défaite face à la France.

« C’est étrange que vous perdiez mais que vous vous sentiez toujours bien », a pensé Imke Courtois. « Les Flames ont joué contre une équipe avec beaucoup de talent – on l’a vu surtout en première mi-temps, qui a été difficile pour les Belges. »

« Mais après la pause, il y a eu tout d’un coup un décalage », a vu Courtois. « On sentait que les Flames, qui progressent clairement dans le tournoi, ont pris plus de confiance. Attention : la France n’a pas tremblé et n’a pas tremblé, hé. Mais une certaine incertitude s’est glissée dans l’équipe avec des arrières qui n’avançaient plus et Wendie Renard qui avait le ballon vient de vomir. »

Cela ne peut que donner un regain de confiance en vue de la journée de clôture cruciale. Comment Courtois évalue-t-il les différents scénarios ?

« C’est typique que tout le monde commence à compter après deux jours de jeu », rigole-t-elle. « En soi, un match nul est suffisant pour se qualifier. Cela donne un espoir supplémentaire. »

Bien que Courtois pense que les Flames devraient oser viser la victoire. « J’ai aussi le sentiment qu’ils sont convaincus qu’ils peuvent obtenir un bon résultat contre l’Italie. Ils ont pris un autre coup hier après ce 5-1 contre la France. Ils étaient les favoris de l’ombre dans ce groupe et ne sont pas allés plus loin qu’un match nul contre Islande. »

« Vraiment, lundi sera le moment de frapper pour les Flames. »