Inestimable à Gand, pour 16 millions au Club Bruges: Yaremchuk pesé et pesé | Jupiler Pro League


Plus de 4 millions d’euros plus cher que Zinho Vanheusden, le deuxième sur la liste des transferts entrants les plus chers en Belgique. Roman Yaremchuk revient pour 16 millions d’euros du Portugais Benfica au Club Bruges. Les analystes du football Wim De Coninck et Franky Van der Elst estiment la valeur du nouvel attaquant du champion national.

Le fait que le Club de Bruges ait une avance financière sur le reste des équipes de la Jupiler Pro League se précise d’année en année.

Lundi, le champion national a vraiment tout mis en œuvre pour faire revenir Roman Yaremchuk en Belgique. L’ex-attaquant du AA Gent serait arraché au Benfica pour la modique somme de 16 millions d’euros.

Immédiatement le transfert entrant le plus cher de l’histoire belge.

Est-ce qu’il vaut ça ? L’analyste de football Wim De Coninck a deux avis. « C’est beaucoup d’argent pour les normes belges », a-t-il déclaré à notre podcast hebdomadaire De Tribune. Faire revenir un joueur qui connaît la compétition pour beaucoup d’argent n’est pas une garantie de succès.

« Yaremchuk jouera probablement à la place de Kamal Sowah. Il a également coûté 9 millions d’euros, a eu une deuxième chance cette saison de se montrer au Club, mais encore une fois les questions n’étaient pas claires. Il y a aussi des doutes sur Yaremchuk. . »

Il n’y a qu’un « mais » : ce n’est pas un vrai top buteur.

Wim De Coninck, De Tribune

« Yaremchuk a cependant beaucoup de qualités et était très bon à AA Gent. Il peut faire un peu de tout : il est rapide, a des pieds raisonnables, est toujours au bon endroit, crée des opportunités, peut diriger. »

« Il n’y a qu’un seul ‘mais’ : ce n’est pas un vrai meilleur buteur. Au AA Gent, il aurait dû marquer deux fois plus souvent, surtout compte tenu des opportunités qu’il a saisies depuis la petite ligne arrière. »

Le Club de Bruges peut penser qu’il a déjà un meilleur buteur avec Ferran Jutgla. Franky Van der Elst voit Yaremchuk principalement comme un complément.

« Je pensais qu’ils pourraient utiliser un attaquant supplémentaire, surtout maintenant que Noa Lang est absent pour quelques semaines. Avec Yaremchuk là-bas, Jutgla deviendra plus l’homme qui peut se déplacer autour d’un attaquant central, au lieu de devoir l’être lui-même. »

Et Cyle Larin ? Le Canadien de 1,88 m a un profil similaire à Yaremchuk et n’a guère eu d’occasions.

« Je le dis avec tout le respect que je dois à ce garçon, mais il n’est pas assez bon pour le Club de Bruges », déclare Van der Elst. « Je n’ai remarqué aucun remplacement que Larin puisse faire quoi que ce soit pour ce Club de Bruges. »

Points douloureux portugais

Le Club de Bruges sait de quoi il retourne. Entre 2017 et 2021, la Belgique a fait la connaissance de Roman Yaremchuk. Au cours de cette période, il a marqué 61 buts et délivré 18 passes décisives en 152 apparitions pour AA Gent. L’été dernier, il a échangé Gand contre Benfica.

Son passage portugais n’a pas été un succès retentissant.

« Au Portugal, il a été un peu barré par Darwin Nunez, qui est maintenant à Liverpool. Donc pas de honte. Nunez était une bête, mais il n’a pas non plus été en mesure de le faire contre Goncalo Ramos, qui est maintenant devenu le premier attaquant du deuxième attaquant. Et ce garçon n’a que 21 ans. »

Une brèche dans la confiance de l’attaquant, souvent accusé d’être mentalement vulnérable en Belgique.

« Yaremchuk sourit rarement sur un terrain. Pendant sa période à Gand, on a dit qu’il était sceptique. S’il a réussi à laisser cela derrière lui à Benfica, le Club bénéficiera beaucoup de lui. »

« L’Ukrainien connaît la compétition et apportera beaucoup de sens au jeu de Bruges. Si vous remplacez Lang et De Ketelaere par Jutgla et Yaremchuk, vous ne vous êtes pas forcément amélioré en équipe, mais vous êtes devenu plus orienté vers les buts. « 

Si Yaremchuk a pu laisser derrière lui ses doutes à Benfica, le Club en profitera beaucoup.

Wim De Coninck