Le tumulte se poursuit après le match : les supporters se bombardent de feux d’artifice aux portes de Sclessin | Jupiler Pro League


Le match entre le Standard et Anderlecht a été arrêté pour la première fois après que des supporters en colère d’Anderlecht aient lancé des fusées éclairantes sur le terrain avec un déficit de 3-1.

L’arbitre Van Driessche a appelé tous les joueurs et a essayé une deuxième fois après quinze minutes. En vain. Encore une fois, des flèches de feu sont tombées de la section d’Anderlecht.

Van Driessche n’avait qu’une chose à faire : siffler le match. Il a fait. Les joueurs violet et blanc étaient déconcertés. Les conséquences sportives ? Anderlecht fait face à une défaite par forfait.

La question suivante est de savoir comment procéder avec l’équipe et en particulier l’entraîneur Felice Mazzu. Une question qui aurait peut-être déjà trouvé une réponse lors de la conférence de presse d’après-match, n’eût été l’annonce rapide d’Anderlecht qu’elle ne participerait pas au chat presse. Donc pas de Mazzu qui parle, et pas de joueurs non plus.

Anderlecht est également silencieux sur ses propres médias pour le moment. Le dernier tweet envoyé par le club depuis son compte officiel est le 3-1 du joueur du Standard Zinckernagel. Pas un mot sur les fusées éclairantes et l’arrêt prématuré du match.

Pendant ce temps, les noyaux durs d’Anderlecht et du Standard se rassemblent aux portes de Sclessin, pourtant séparés par une importante police et de hautes clôtures.

Pourtant, des pierres, des flèches incendiaires et des bombes fumigènes ont été lancées et il y a eu une période d’agitation. Il y avait des cris et des élucubrations, mais il n’y avait pas de véritable confrontation physique entre les deux clans.

Une vitre d’un bus a été brisée et trois policiers et une vingtaine de supporters ont été (légèrement) blessés. La police a finalement chassé les hooligans de Standard avec du gaz poivré. Trois hooligans ont été placés en détention administrative.