Leander Dendoncker est-il la solution inattendue pour la défense belge ? « A long terme, c’est sûr » | diables Rouges


6-1. Offensivement, les Red Devils ont bien joué face à la Pologne. Mais aussi défensivement, là où réside le problème, la performance de mercredi soir était à nouveau porteuse d’espoir. Eric Van Meir a vu hier une « expérience réussie » du sélectionneur national Martinez : « Dendoncker est prêt pour la Coupe du monde ».

Eric Van Meir, 35 sélections, s’est reconverti en défenseur central de l’équipe nationale dans les années 1990 et voit Dendoncker comme son successeur idéal.

« Ça a marché », l’analyste a ouvert son discours. « Aussi parce qu’Alderweireld se tenait à côté de lui. Toby est fort en tête-à-tête. Sa récupération du ballon et son pressing haut ont été à la base de 2 buts de la Belgique. »

« Pourtant, je pense que Dendoncker est toujours meilleur au milieu de terrain, comme à Wolverhampton. Il n’y a qu’en Belgique que la concurrence est trop grande pour ce poste. De plus, les Devils jouent sur la possession du ballon là-bas et Tielemans, Witsel et De Bruyne sont mieux lotis que Dendoncker. qui comprend plus. »

Même si ce n’est pas sa meilleure place, je vois un avenir pour Dendoncker dans la défense centrale des Red Devils.

Éric Van Meir

Pour Dendoncker, l’avenir national est donc au cœur de la défense.

« Vertonghen et Alderweireld ne sont plus les plus jeunes, donc je vois Dendoncker comme une alternative après la Coupe du monde au Qatar. Il est jeune et un joueur de base dans la meilleure compétition du monde. Pour moi, il est déjà prêt pour la Coupe du monde. « 

« Certainement à long terme, Dendoncker est la solution idéale au problème de la défense. »

Boyata n’a certainement pas encore radié

Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas de compétition en défense contre la Russie au Championnat d’Europe. »

« Il a eu une saison difficile à Hertha avec le football de relégation en Allemagne. Ensuite, vous ne pouvez pas simplement tourner l’interrupteur. Il sera probablement maintenant, injustement, en toile de sac et en cendres parce qu’il a été victime du match contre les Pays-Bas. »

Que ce soit avec Dendoncker ou Boyata, les résultats dans les deux matchs auraient été les mêmes.

Éric Van Meir

« Que ce soit avec Dendoncker ou avec Boyata, les résultats des deux matches auraient été les mêmes. Parce que contre cette Pologne, c’était bien sûr plus facile. Elle a moins de qualités offensives que les Pays-Bas et cherchait moins d’espace entre les lignes. « 

Éric Van Meir.