Les Red Flames s’entraînent demain contre l’organisateur du Championnat d’Europe, l’Angleterre, l’entraîneur Serneels : « Vous avez déjà goûté à l’atmosphère du Championnat d’Europe » | Championnat d’Europe de football féminin 2022


Le Championnat d’Europe de football féminin débute le 6 juillet en Angleterre. Les Red Flames se rendront bientôt en Angleterre pour la première fois, où ils joueront demain un match d’entraînement contre le pays hôte à Wolverhampton. L’entraîneur Ives Serneels attend le match avec impatience pour plusieurs raisons.

« Tout d’abord, nous allons goûter à l’ambiance du Championnat d’Europe », déclare Serneels la veille du premier des quatre matches d’entraînement. « En plus, il y a la qualité de l’adversaire, on rencontre l’un des favoris pour le Championnat d’Europe. » L’Angleterre est huitième au classement FIFA. Belgique 20ème.

« Et après un mois de travail, on veut voir où on en est. L’Angleterre entre en action pour nous (au Championnat d’Europe) et a donc 4 à 5 jours d’avance dans la préparation. »

Les Flames ont commencé cette préparation avec un gros groupe de 33 joueurs, il en reste aujourd’hui 28. Isabelle Iliano s’est blessée début juin, aujourd’hui Serneels a laissé 4 noms de plus avec Jarne Teulings, Shari Van Belle, Marie Detruyer et Zenia Martens.

« C’est un choix sportif », explique Serneels. « Pour certains, il y a des alternatives à leur position. J’ai aussi dû prendre en compte le type d’équipes, comment nous allons jouer au Championnat d’Europe. Par exemple, nous avons souvent été dominants lors des qualifications, mais c’est peut-être différent ici… »

Cayman n’a rejoint le groupe qu’aujourd’hui, elle ne jouera pas demain.

Ives Serneels

Le 10 juillet, les Flames ouvrent leur Championnat d’Europe face à l’Islande. L’entraîneur ne pense pas que son alignement contre l’Angleterre sera le même demain soir. « Chaque joueur est dans une phase de préparation différente. Janice Cayman a rejoint le groupe aujourd’hui et ne jouera pas demain. »

« Certaines joueuses ont des problèmes mineurs, rien de grave, mais nous ne prenons aucun risque. Nous donnerons du temps de jeu aux filles qui peuvent utiliser les minutes en ce moment. »

Vanhaevermaet : « L’Angleterre est un bon indicateur de valeur »

Le match de demain sera quelque chose de spécial pour Justine Vanhaevermaet : elle est la seule Red Flame active en Angleterre, à Reading. « Nous jouons en Angleterre juste avant le Championnat d’Europe. L’ambiance va être particulière. J’ai hâte », confie le milieu de terrain de 30 ans.

« L’Angleterre est une équipe très forte avec de nombreux joueurs de niveau international », explique Vanhaevermaet, qui souffre d’un léger problème au tendon d’Achille, mais qui s’est tout de même inscrite à l’entraînement.

« Ce sera un bon indicateur de valeur. Cela nous donnera un avant-goût de ce qui nous attend au Championnat d’Europe, où de nombreuses équipes de haut niveau seront présentes. Et nous pourrons déjà sentir un peu l’ambiance du Championnat d’Europe. »

Comme l’entraîneur national Ives Serneels, Vanhaevermaet pense également que l’Angleterre fait partie des favoris : « Il y en a d’autres, mais l’Angleterre en fait partie. Les médias anglais augmentent la pression d’ailleurs. »

Les Flames sont passés de 32 à 28 aujourd’hui. L’entraîneur annoncera sa sélection finale de 23 lundi. « Il y avait déjà une certaine tension hier car la réduction de 32 à 28 arrivait. Certains joueurs avaient des doutes. Mais la décision appartient à l’entraîneur. »