Martinez veut arranger les choses face à la Pologne : « Je comprends d’où viennent les critiques » | Ligue des Nations de l’UEFA


Avec un match face à la Pologne, les Red Devils clôturent ce soir leur quadruplé en Ligue des Nations. Après les performances mitigées des matchs passés, une nouvelle victoire est plus que bienvenue, l’entraîneur national Roberto Martinez s’en rend également compte. « Nous avons une chance de corriger les faux pas passés. »

Martinez a ouvert le chat de presse avec un statut médical. Seul Leandro Trossard, qui a connu quelques soucis après le match contre le Pays de Galles, est encore indécis. Pour le reste, les 23 joueurs restants sont en forme.

« Axel Witsel est en pleine forme et peut jouer demain », a-t-il ajouté. « Dans les buts, Mignolet va recommencer, c’est notre numéro deux dans l’ordre hiérarchique avec les gardiens. Il y aura environ 5 ou 6 remplacements dans le onze de départ pour toujours maintenir l’équilibre. »

« Nous jouerons avec de nouveaux gars avec moins d’expérience, ce sera un bon test pour eux. Nous aurons une chance de corriger les faux pas précédents dans cette Ligue des Nations. Ce sera aussi un autre test pour quand je devrai réduire le groupe à 26 joueurs pour la Coupe du monde. »

« Cette génération mérite un titre, mais les marges sont petites »

En raison des résultats moindres, les critiques de Martinez et de ses joueurs ont augmenté récemment. « Les attentes sont élevées et je comprends donc d’où viennent ces critiques », déclare Martinez. « Beaucoup de pays ne sont pas performants dans cette Ligue des Nations et c’est ce que la fatigue a à voir avec cela. »

Les Diables Rouges sont-ils toujours aussi forts qu’au Mondial en Russie ? « Nous ne pourrons le déterminer qu’après la prochaine Coupe du monde. L’équipe a quatre ans de plus, ce qui fournit parfois moins d’énergie, mais plus d’expérience. Au moins, nous devrions être plus forts avec notre expérience. »

« Cette équipe a joué de manière constante ces dernières années. Cette génération mérite un titre, mais dans le football, les marges entre les meilleurs pays sont très faibles. L’influence de cette génération dorée sur le football belge va bien au-delà de la simple victoire d’un prix. »

D’après notre expérience, les Devils devraient être plus forts qu’ils ne l’étaient il y a quatre ans.

Roberto Martínez

À propos du VAR : « Nous avons besoin d’un logiciel automatique »

Après le match contre le Pays de Galles, un Martinez déchaîné a tiré remarquablement fort contre le VAR. Il a néanmoins accordé le but du Pays de Galles, après le premier coup de sifflet pour hors-jeu. Martinez n’était pas d’accord avec cette décision et n’avait pas changé d’avis quelques jours plus tard.

« En Belgique, j’ai été impliqué dans le service d’arbitrage pendant plusieurs années. Je connais bien le VAR et je le soutiens également lorsqu’il est utilisé correctement. J’ai toujours été sensible aux erreurs humaines lors du calibrage des lignes. »

« Pour moi, la ligne sur le but du Pays de Galles n’a pas été tracée au bon moment. Pour le bien du jeu, nous avons besoin d’un logiciel qui nous aide. Nous avons besoin d’une réponse automatique lorsque le ballon quitte le pied d’un joueur, pas d’une réponse manuelle. «