Nacer Chadli travaille au top de sa forme à Westerlo : « La Coupe du monde est loin, mais avec un travail acharné, j’ai une chance » | Jupiler Pro League


« J’étais un peu fatigué, mais ça m’a beaucoup plu », souffle Nacer Chadli après la victoire contre Anderlecht.

Le milieu de terrain a déjà fait 66 apparitions avec les Red Devils dans sa carrière, mais doit maintenant sortir du marasme. « En ce moment, j’essaie d’élever mon niveau. Je dois surtout travailler dur et avoir le rythme du match. »

A 33 ans, Chadli est à la chute de sa carrière, mais il n’exclut pas un retour en équipe nationale. « Pour moi, la Coupe du monde est trop loin pour le moment. Si je suis complètement en forme, j’ai peut-être une chance, mais je ne le suis pas encore. Je dois d’abord montrer ma valeur sur le terrain. »

« C’est clair que tout le monde veut jouer une Coupe du monde, et il y a beaucoup de jeunes joueurs qui se débrouillent très bien dans leur club », poursuit-il. « Donc, je dois travailler dur moi-même avant d’avoir une chance. »

L’entraîneur national Roberto Martinez – venu jeter un œil à Westerlo pour l’occasion – laisse lui aussi la porte entrouverte. « Nous le suivons depuis longtemps. Il est toujours sur notre liste. »

« C’est une excellente nouvelle qu’il vienne en Belgique. C’est un énorme atout pour Westerlo, car c’est un joueur qui veut toujours gagner et qui s’épanouit dans un environnement compétitif. »

Que doit-il faire pour faire la sélection ? « Il doit d’abord devenir important pour Westerlo. Ensuite, il est prêt à passer à la vitesse supérieure », déclare l’entraîneur national, qui est depuis longtemps fan du « profil unique » et de la polyvalence de Chadli.

Le fait que Chadli ait 33 ans au compteur ne dérange pas non plus Martinez. « L’âge n’est qu’un chiffre », dit-il avec un cliché. « Je ne pense pas que ce soit un problème pour Nacer. Dans le championnat belge, il est en place pour travailler à nouveau vers son sommet. »